GROS

OEUVRE

Les activités dans le bâtiment se découpent en deux grandes familles : le gros-oeuvre et le second-oeuvre. La frontière entre ces deux familles peut varier selon les auteurs.

Les travaux de gros-oeuvre concernent tous les types de locaux (maisons, immeubles, bâtiments industriels et tertiaires, commerces...) en construction neuve et rénovation.

Le gros œuvre comprend l'ensemble des éléments de construction d'un édifice qui lui assure la reprise de tous les efforts subis : c'est la structure du bâtiment, toutes les parties qui permettent au bâtiment de rester debout, bien solide.

On y trouve les fondations, les murs porteurs, les poteaux, les poutres et le plancher... s'y ajoute les travaux de VRD (Voirie, Réseaux et Distributions) et d'enduits.

Les fondations spéciales (profondes par ex) et les gros terrassements relèvent le plus souvent des travaux publics.

Maçonnerie et gros-oeuvre, est-ce la même chose ?

Oui et non... La maçonnerie implique le plus souvent la pose de parpaings et de briques alors que le gros-oeuvre fait appel majoritairement au béton (préfabriqué ou coulé, avec ou sans coffrages). Pour autant, ce sont les entreprises du secteur gros-oeuvre qui assurent la maçonnerie.

Les étapes suivantes : charpente, isolation, menuiseries extérieures et étanchéité mettent le bâtiment "hors d'eau" (toiture posée) et "hors d'air" (menuiseries, portes et fenêtres posées). Ces étapes sont parfois considérées comme appartenant au domaine du gros-oeuvre.

La maçonnerie et le gros-oeuvre :

  • 1ère activité du Bâtiment (30% des actifs et du chiffre d'affaire).

  • 431 000 actifs sur les 1 427 000 actifs du Bâtiment.

  • 40 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 126 milliards du Bâtiment (FFB).

Bâtiment - Gros-oeuvre
33056835_xl.jpg

La maçonnerie et le béton armé (ou le gros-oeuvre) peuvent se diviser en plusieurs grands domaines selon les étapes de la construction :

L'aménagement du terrain et les fondations :

  • Terrassement, VRD,

  • Fondations superficielles et spéciales, reprises en sous-œuvre

  • Murs de soutènement

La construction de la structure :

  • Ouvrages en béton, en béton armé et en béton précontraint

  • Préfabrication en béton

  • Maçonnerie en brique, en bloc béton et en béton cellulaire

  • Taille et pose de pierre naturelle

L'étanchéité (parfois considérée comme du second-oeuvre) :

  • La charpente

  • La toiture

  • Les menuiseries extérieures

Les ouvrages complémentaires :

  • Ravalements, enduits, isolation

  • Dallages, chapes, pavages

  • Conduits de fumée, âtres et foyers

La réhabilitation et l'entretien :

  • Entretien et transformation d'ouvrages en maçonnerie

  • Réhabilitation du bâti

Selon la taille des chantiers et la technicité exigée, les entreprises peuvent prendre tout ou partie de ces différents domaines. Lorsque les besoins du chantier l'exigent, on fera appel à des entreprises spécialisées (fondations spéciales ou béton préfabriqué par exemple).

Les grands domaines
115179511_xl.jpg
Les métiers
LOGO fbtp-82-reforme-du-rge.png

Les fonctions dans les entreprises de maçonnerie et de gros-œuvre se rapportent aux trois phases d'une opération de construction.

La phase commerciale :

Le technico-commercial / l'ingénieur commercial / le chargé d'affaires.

Selon la taille de la structure pour laquelle il travaille, il intervient dans la démarche de prospection, dans la négociation technique et financière avec le client. Le chargé d'affaires peut aussi assurer la totalité du suivi du projet.

La phase d'étude :

Ingénieurs et techniciens d'études structure / d'études de prix / des méthodes.

Il effectue les études nécessaires à la conception et à la réalisation d'un projet. Il procède aux calculs, détermine les spécifications techniques, les processus de réalisation. Il peut aussi chiffrer le coût d'un projet.
Le métreur : présent dans les PME, il étudie une affaire, détermine et chiffre les quantités de matériaux et de main d'œuvre nécessaires à la réalisation d'un ouvrage, établit le devis de l'entreprise et assure le contrôle.

La phase de réalisation sur chantier :

L'encadrement de chantier

  • Le chef d'équipe est sur le chantier et encadre une équipe d'ouvriers.

  • Le chef de chantier encadre l'ensemble du personnel du chantier. On le trouve sur les chantiers d'une certaine taille.

  • Le conducteur de travaux encadre un ou plusieurs chefs de chantier et a aussi la charge de la gestion financière des chantiers.

L'exécution

Il existe plusieurs grades :

  • L'ouvrier d'exécution : il effectue des travaux simples à partir de consignes précises.

  • L'ouvrier professionnel : il effectue les travaux courants dans sa spécialité.

  • Le compagnon professionnel : il effectue aussi des travaux délicats et bénéficie d'une certaine autonomie.

Sur les chantiers, le métier le plus couramment rencontré est celui de maçon. Mais de nombreuses autres spécialités co-existent : tailleur de pierre, constructeur en béton armé, bancheur, coffreur, boiseur ou encore polisseur pour les sols industriels, applicateur d'enduits pour les façades.

40854477_xl.jpg
Les formations

Les besoins dans le secteur sont importants et les entreprises ont un grand besoin de personnels qualifiés. La formation est donc très importante. Elle peut être suivie par la voie scolaire mais aussi l'apprentissage.

Au-delà des diplômes, des formations spécifiques pourront être utilement suivies une fois en entreprise ou dans le cadre de la formation continue pour adultes : la branche du bâtiment est très active et propose des titres professionnels, des certificats de Qualification Professionnelle (CQP) ou encore des certificats spécifiques à l'artisanat.

Des formations spécifiques comme les géomètres-topographes peuvent aussi intervenir dans les phases de chantiers ou de préparation de chantier (plutôt dans les grandes entreprises).

Au lycée Norman Foster, les formations suivantes relèvent de ce secteur :

129270347_xl.jpg
Lieux d'activités

Travailler dans le monde du BTP implique souvent des déplacements, tout particulièrement si on intervient sur les chantiers. Plus les chantiers sont importants, plus ils peuvent être éloignés du lieu d'habitation. Mais quelle fierté de participer à la construction d'ouvrages de grande renommée (stades, parcs de loisirs, immeubles d'exception...) ! De l'artisan aux grands groupes en passant par toutes les tailles d'entreprises, tout est possible pour trouver son premier emploi.

 

Les fonctions commerciales et d'études s'exercent le plus souvent dans l'entreprise. Ces métiers peuvent aussi impliquer des déplacements (visites des clients, visites du chantier...).

Lorsqu'on travaille sur chantier, l'activité dépend de l'implantation de la construction. En général, plus l'entreprise est grande, plus les déplacements peuvent être importants. Mais pas d'inquiétude, la prise en charge dans ces cas là est très bonne et cela est très valorisé dans l'entreprise.

Le lieu d'activité peut aussi dépendre de la qualification : des personnels formés et compétents dans des domaines très spécifiques peuvent se déplacer régulièrement. En effet, des compétences particulières sont rares, très valorisées dans l'entreprise et peuvent vous amener à faire le tour de France... voire vous conduire à l'étranger.

L'expertise des grands groupes français est reconnue à l'étranger et ils assurent des chantiers aux quatre coins du monde ! Vinci, Bouygues et Eiffage sont classées parmi les entreprises du BTP les plus importantes au monde !

Comme dans les travaux publics, faire carrière dans le gros-oeuvre peut vous conduire bien au-delà des frontières.

Enfin, les compétences béton acquises dans le gros-oeuvre (coffrages notamment) pourront vous conduire à exercer dans les Travaux Publics pour la réalisation d'ouvrages d'arts : ponts, tunnels...

Un vaste programme !

135701935_xl.jpg
Les perspectives

Le secteur du BTP est forcément dépendant de la conjoncture avec des hauts et des bas dans l'activité. Mais les besoins sur le long terme restent toujours très importants et les embauches sont très nombreuses.

Il faut savoir que le bâtiment est le premier employeur de France ! Un jeune sur 6 est un salarié de ce secteur.

Non délocalisables, les activités du bâtiment sont présentes dans toute la France, des grandes villes au plus petites communes.

Chaque année, ce sont près de 80.000 embauches  à tous les niveaux de formation : du CAP à l'ingénieur, le secteur embauche les garçons comme les filles !

Être formé(e) et volontaire, c'est la garantie d'un emploi dans un secteur qui valorise l'investissement et le récompense par des possibilités importantes de promotion.

Au-delà d'un métier, travailler dans le bâtiment va vous permettre de participer à la création et à l'entretien de notre cadre de vie avec la conscience des nouveaux enjeux environnementaux.

C'est aussi intégrer des équipes motivées, développer

son autonomie, prendre des responsabilités dans un

contexte de révolution numérique qui va demain

changer nos manières de construire.

Les défis sont nombreux et les entreprises du

gros-oeuvre cherchent des jeunes pour les relever !

131326016_xl.jpg
LOGO fbtp-82-reforme-du-rge.jpg
SG_LOC_Header_Left_Logo.jpg
LOGO FBTP 82 .jpg
LOGO Capeb.jpg
Observatoire BTP logo-1.png
logo1.png

Copyright Vidéo Haut de page

 © https://www.storyblocks.com

© https://pixabay.com/