SECOND

OEUVRE

Bâtiment - Second oeuvre

Les activités dans le bâtiment se découpent en deux grandes familles : le gros oeuvre et le second oeuvre. La frontière entre ces deux familles peut varier selon les auteurs.

Les travaux concernent tous les types de locaux (maisons, immeubles, bâtiments industriels et tertiaires, commerces...) en construction neuve et rénovation.

Une fois le gros-oeuvre terminé débutent les travaux du second-oeuvre.

La charpente, les menuiseries et l'isolation sont parfois classées comme faisant partie du second-oeuvre. Elles seront pris en compte ici.

Contrairement aux travaux de gros-oeuvre, les travaux de second œuvre n’ont pas d'impact sur la solidité de la construction.

L'objectif des travaux de second-oeuvre est de rendre la construction habitable avec tous les éléments de confort et d'esthétique. C'est cette étape qui va définir la qualité de vie dans le logement.

Différents travaux sont indispensables pour rendre un logement confortable :

installation du chauffage, de la climatisation, des plafonds, des cloisons, de l'électricité, de la plomberie, de l'étanchéité, de l’isolation, des revêtements, des cheminées, des agencements, des équipements, etc.

Le second-oeuvre fait donc intervenir des professionnels avec de très nombreuses qualifications. Les attentes en terme de confort sont de plus en plus importantes et de nouveaux métiers apparaissent en lien avec le numérique, comme la domotique par exemple.

Le domaine du second-oeuvre est aussi particulièrement concerné par les enjeux environnementaux : il faut aujourd'hui construire des bâtiments très économes en énergie et utilisant des matériaux durables. Une révolution dans le bâtiment qui ne fait que commencer !

Dans le secteur du bâtiment, le second-oeuvre compte pour 2/3 de l'activité totale. A la différence du gros-oeuvre (constructions neuves majoritairement), le second-oeuvre comprend une grande part de travaux de rénovation et de réhabilitation.

Les grands domaines

La diversité des métiers du second-oeuvre rend complexe une classification en grands domaines. On peut néanmoins les répartir de la manière suivante :

Enveloppe extérieure

  • L'enduit de façade

  • L’isolation thermique et phonique

  • L'évacuation des fumées

Equipements techniques

Aménagements et finitions

Selon la taille des chantiers et la technicité exigée, les entreprises peuvent prendre tout ou partie de ces différents domaines. Lorsque les besoins du chantier l'exigent, on fera appel à des entreprises spécialisées (fluides en milieu hospitalier par exemple).

Les métiers
LOGO fbtp-82-reforme-du-rge.png

Comme dans le gros-oeuvre, les fonctions dans les entreprises de second-oeuvre peuvent se rapporter aux trois phases d'une opération de construction.

La phase commerciale :

Le technico-commercial / l'ingénieur commercial / le chargé d'affaires

Selon la taille de la structure pour laquelle il travaille, il intervient dans la démarche de prospection, dans la négociation technique et financière avec le client. Le chargé d'affaires peut aussi assurer la totalité du projet de l'installation technique dont il a assuré la vente.

 

La phase d'étude :

L'ingénieur ou le technicien d'études structure / d'études de prix / des méthodes

Il effectue les études nécessaires à la conception et à la réalisation d'un projet. Il procède aux calculs, détermine les spécifications techniques, les processus de réalisation. Il peut aussi chiffrer le coût d'un projet.
Le métreur : présent dans les PME, il étudie une affaire, détermine et chiffre les quantités de matériaux et de main d'œuvre nécessaires à la réalisation d'une installation, établit le devis de l'entreprise et assure le contrôle.

 

La phase de réalisation sur chantier :

L'encadrement de chantier

  • Le chef d'équipe est sur le chantier et encadre une équipe d'ouvriers.

  • Le chef de chantier encadre l'ensemble du personnel du chantier. On le trouve sur les chantiers d'une certaine taille.

  • Le conducteur de travaux encadre un ou plusieurs chefs de chantier et a aussi la charge de la gestion financière des chantiers.

L'exécution

Il existe plusieurs grades :

  • L'ouvrier d'exécution : il effectue des travaux simples à partir de consignes précises.

  • L'ouvrier professionnel : il effectue les travaux courants dans sa spécialité.

  • Le compagnon professionnel : il effectue aussi des travaux délicats et bénéficie d'une certaine autonomie.

Cette répartition en phases commerciale, d'études et de chantier s'applique aussi au second-oeuvre. Dans ce secteur cependant, les entreprises sont souvent de plus petites tailles et chaque phase est fréquemment prise en charge par des structures différentes. Certaines très grandes entreprises, comme Eiffage ou Spie par exemple, regroupent l'ensemble des phases au sein de la même entreprise.

Les formations

Les besoins dans le secteur sont importants et les entreprises recherchent activement des personnels qualifiés. La formation est donc très importante. Elle peut être suivie par la voie scolaire mais aussi par l'apprentissage.

La très grande diversité des métiers dans le second-oeuvre se retrouve dans le nombre très important de diplômes et de qualifications possibles, du CAP à l'ingénieur en passant par le BAC STI2D, le BAC PRO, la licence Pro et le BTS.

Plus de 70 diplômes préparent aux métiers du second-oeuvre :

Au-delà des diplômes, des formations spécifiques pourront être utilement suivies une fois en entreprise ou dans le cadre de la formation continue pour adultes : la branche du bâtiment est très active et propose des titres professionnels, des Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) ou encore des certificats spécifiques à l'artisanat.

Au lycée Norman Foster, plusieurs diplômes préparent à ce secteur d'activité :

Lieux d'activités

Travailler dans le monde du BTP implique souvent des déplacements, tout particulièrement si on intervient sur les chantiers. Plus les chantiers sont importants, plus ils peuvent être éloignés du lieu d'habitation.

Les entreprises du second-oeuvre sont le plus souvent de petite taille : artisans, auto-entrepreneurs et entreprises de moins de 10 salariés.

Les types d'intervention - construction neuve, rénovation, réparations et entretiens - multiplient les chantiers à travers tous le pays. 

La durée est aussi très variable : entre l'intervention de quelques dizaines de minutes chez un particulier et les grands chantiers de plusieurs mois, la diversité des situations est bien réelle.

En général, plus l'entreprise est grande, plus les chantiers peuvent être importants et les durées comme les distances plus longues. Toutefois, travailler dans une grande entreprise, c'est aussi la possibilité de bénéficier de promotions et de responsabilités plus importantes.

Enfin, après quelques années d'expérience, nombre de jeunes souhaitent créer leur propre entreprise et devenir artisan.

Le lieu d'activité peut aussi dépendre de la qualification : des personnels formés et compétents dans des domaines très spécifiques peuvent se déplacer régulièrement. En effet, les compétences vraiment particulières sont rares, très valorisées dans l'entreprise et peuvent vous amener à faire le tour de France... voire à exercer à l'étranger.

L'expertise des grands groupes français comme de nombreuses PME est reconnue à l'étranger et beaucoup assurent des chantiers aux quatre coins du monde !

Travailler près de son domicile ou à grande distance, dans une PME, avec un artisan ou dans un grand groupe, être salarié ou son propre patron, être spécialisé dans un domaine très particulier ou encore être généraliste, avec les métiers du second-oeuvre, tout est possible !

Les perspectives

Le secteur du BTP est forcément dépendant de la conjoncture avec des hauts et des bas dans l'activité. Mais les besoins sur le long terme restent toujours très importants et les embauches sont très nombreuses.

Il faut savoir que le bâtiment est le premier employeur de France ! Un jeune sur 6 est un salarié de ce secteur.

Non délocalisables, les activités du bâtiment sont présentes dans toute la France, des grandes villes au plus petites communes.

Chaque année, ce sont près de 80.000 embauches  à tous les niveaux de formation : du CAP à l'ingénieur, le secteur embauche les garçons comme les filles !

Être formé(e) et volontaire, c'est la garantie d'un emploi dans un secteur qui valorise l'investissement et le récompense par des possibilités importantes de promotion.

Au-delà d'un métier, travailler dans le bâtiment va vous permettre de participer à la création et à l'entretien de notre cadre de vie avec la conscience des nouveaux enjeux environnementaux.

C'est aussi intégrer des équipes motivées, développer son autonomie, prendre des responsabilités dans un contexte de révolution numérique qui va, demain, changer nos manières de construire.

Les défis sont nombreux et les entreprises du second-oeuvre cherchent des jeunes pour les relever !

capeb-artisanat-batiment-affiche_Page_01
LOGO fbtp-82-reforme-du-rge.jpg
SG_LOC_Header_Left_Logo.jpg
LOGO FBTP 82 .jpg
LOGO Capeb.jpg
Observatoire BTP logo-1.png
logo1.png